Libellés

matérialisme historique Dialectique Karl Marx Anton Pannekoek Henri Lefebvre Marxisme PANNEKOEK PDF Révolution espagnole Spartacus Théorie critique Utopie commune de Paris Chine Conseils ouvriers Contre la Peste Nationaliste Histoire du capitalisme Idéologie Jean Barrot Louis Janover Michael Löwy Pierre Souyri Rosa Luxemburg Surréalisme contre-révolution féminisme réification Alain Fleig Anthropologie Axel Honneth Economie politique Espagne 36 FHAR Georg Lukàcs Gianfranco Sanguinetti Gilles Dauvé Histoire du fascisme Histoire du marxisme Internationalisme Jean Malaquais Karl Korsch Karl Mannheim Le Fléau social Maximilien Rubel Multiculturalisme Mutines Séditions Paul Lidsky Sociologie de la connaisance Soviets Ursula Le Guin avant-gardes extrême droite fétichisme de la marchandise histoire de l'anarchisme rapports sociaux de classe situationnistes Aden Agone Alain Guillerm Alain Testart Alienation Andrea CAVAZZINI Andrew Feenberg André Rauch Angelo Tasca Anselm Jappe Ante CILIGA Archives GETAWAY Art engagé Blast & Meor Borczuk Albert Brésil Bureaucratie céleste CIRA CRAIG O'HARA CRI DU PEUPLE Caliban Capitalisme en Chine Carlos Semprun Maura Carole Biewener Catalogne Libertaire Champ Libre Chili Chine traditionnelle Christophe Darmangeat Cindy Coignard Cinéma Classes populaires Claude Morilhat Collectif Junius Colonialisme Commune de Berlin Communisme Communisme théorique Contre la démocratie Contre le racket abertzale Contre le travail Contribution à la critique de l’idéologie ultra-gauche Cordons industriels Critique de la servitude volontaire Critique du Léninisme Critique radicale de la Valeur Daniel Guérin Danièle Kergoat Domination Don Droit Droit à la paresse EDI Editions Jubarte Editions RYTRUT Editions Spartacus Editions Syllepse Editions de l'Encyclopédie des Nuisances Edouard Descottes Enquête ouvrière Etienne Balazs Eugène Ivanovich Zamiatine Foucault Franz Jakubowski Front populaire Féminisme radical Féminismes Gaizki-Ikasi Maketo Gauche du capital Gauche réactionnaire Georges Gurvitch Guerre de classe Hartmut ROSA Histoire et conscience de classe IWW Ivréa Jack London Jacques Baynac Jacques Gouverneur Jan Waclav Makhaïski Jean Maîtron Jean-Louis Roche Jean-Loup Amselle Jean-Marie Brohm Jean-Yves Bériou Josef DIETZGEN Jules François Dupuis Julio Sanz Oller KAPD Karl Nesic L'autre Combat La lutte de classe en Ulster Langue Espagnole Le mode de production asiatique Le socialisme des intellectuels Les Bons Caractères Louis Mercier-Vega Lutte de classe et nation Mai 68 Marcuse Martin Jay Mathieu Rigouste Mauss Max Weber Michel Ragon Mike DAVIS Militantisme Miriam Qarmat Mondialisation capitaliste Mother Jones Mécislas Golberg Nicolas Tertulian Nicole Van Enis Norman Spinrad Olivier Bloch Oskar Anweiler Paresse Pascal Charbonnat Paul Lafargue Perry ANDERSON Philippe Bourrinet Portugal Poum Prolétariat universel Propriété privée Psychanalyse politique Punk Qu'est-ce que le communisme ? Queer Quel sport Refus de parvenir Riviale Philippe Robert Kurz Roger DANGEVILLE Révolution dite des œillets Révolution russe Sans patrie ni frontières Sens & Tonka Silvia Federici Situationniste Theorie de la reconnaissance Théories de l'art Tom Thomas Transition démocratique portugaise Travail Trotskiens Trotskistes Victor Serge Viktor Lvovitch Kibaltchitch Wilhelm Reich Zo d'Axa accumulation primitive agit-prop anarchie art et utopie art militant bourgeoisie concept de parti condition ouvrière contre le national-socialisme de L'IRA contre le patriarcat contrôle ouvrier culture prolétarienne dadaïsme dialectique marxiste division sexuelle du travail démocratie empowerment foucaulâtres féodalisme histoire du matérialisme histoire du mouvement libertaire idéologie sportive le mouvement communiste matérialisme national-bolchevisme nouvelle objectivité néo-fascistes oisiveté opium du peuple ordre sécuritaire pouvoir populaire rapports sociaux de sexe réalisme socialiste sorcière spartakiste sulliver terrorisme terrorisme d'Etat transition au capitalisme trotsky universalisme wertkritik école de Francfort études féministes

vendredi 31 août 2012

jeudi 30 août 2012

Les aventures de Karl Marx contre le Baron de Münchhausen / Michael Löwy

Une science de la société libre de jugements de valeur est-elle concevable? Est-il possible d'éliminer les idéologies du processus de la connaissance? La science sociale n'est-elle pas obligatoirement engagée? Le caractère partisan est-il conciliable avec la connaissance? 

La vérité objective sur la société n'est pas concevable comme un reflet qui serait indépendant du sujet connaissant. Il faut plutôt la concevoir comme un paysage peint par un artiste. Un paysage qui sera d'autant plus vrai que le peintre sera situé sur un belvédère lui permettant une vue plus vaste et plus étendue du panorama.

Ce livre traite du rapport entre visions du monde (idéologiques ou utopiques) et connaissance, dans le domaine des sciences socia­les, à partir d'une discussion des principales tentatives d'élaborer un modèle d'objectivité scientifique apparues au sein du positivisme, de l'historicisme et du marxisme.
Il montre que contrairement à ce que prétend le positivisme, toute con­naissance et interprétation de la réalité sociale est liée, d'une façon di­recte ou indirecte, à une des grandes visions sociales du monde, à une perspective globale socialement conditionnée, ce que Pierre Bourdieu désignait comme «les catégories de pensée impensées qui délimitent le pensable et prédéterminent le pensé».

Préface
Introduction
- Le positivisme ou le principe du Baron de Mûnchhausen
- L'utopie positiviste : Condorcet et Saint-Simon L'idéologie positiviste : de Comte à nos jours
- Max - Weber: la science libre de jugements de valeur Karl Popper et l'objectivité institutionnelle
- L'historicisme ou la lumière brisée
- L'historicisme conservateur L'historicisme relativiste
- La sociologie de la connaissance de Karl Mannheim
- Le marxisme ou le défi du «principe du fiacre»  Idéologie et science selon Marx
- Marxisme et positivisme dans la pensée de la 2e Internationale. Le marxisme historiciste (Lukâcs, Korsch, Cramsci, Coldmann). Le marxisme rationaliste de l'École de Francfort Idéologie stalinienne et science
- Conclusion. Les paysages de la vérité et l'allégorie du belvédère
- Le modèle scientifico-naturel d'objectivité et les sciences sociales Le moment relativiste de la sociologie de la connaissance Paysages de la vérité et autonomie relative de la science

Bibliographie

Editions Syllepse Pages : 206 pages ISBN : 9782849503478 (Ouvrage avait déjà été édité chez Economica au début  de années 70)

mercredi 29 août 2012

Histoire désinvolte du surréalisme / Jules François Dupuis

 


Le surréalisme est partout sous ses formes récupérées : marchandise, oeuvre d'art, techniques publicitaires, langage du pouvoir, modèles d'images aliénantes, objets de piété, accesoires de culte. Ses diverses récupérations, pour compatibles que certaines d'entre elles apparaissent avec son esprit, il importait moins de les signaler que de montrer que le surréalisme les contenait dès le départ comme le bolchévisme contenait "la fatalité" de l'Etat stalinien...

Histoire de la mondialisation capitaliste 1. 1492-1914 / Edouard Descottes

Si le terme de « mondialisation?» n'est apparu qu'en 1953, et si c'est seulement dans les années 1960 que sa signification s'est élargie aux domaines économiques et culturels, le phénomène est bien plus ancien. L'histoire de la réalité que recouvre aujourd'hui ce terme se confond avec l'histoire du capitalisme.

Comment le capitalisme a-t-il tissé des liens entre les quatre coins de la planète, par les échanges, les mi-grations, les guerres, en faisant de l'économie mondiale un tout ? Voilà l'objet de cet ouvrage.

Le présent tome décrit l'expansion du capitalisme marchand européen à ses origines, pour aboutir à cette période de 1880 à 1914, que d'aucuns ont présenté comme celle de la première mondialisation : le partage de la planète entière entre un nombre restreint de grandes puissances, et qui déboucha sur la débâcle de la Première Guerre mondiale.






+ Botanica: Nous ne conseillons pas le volume II, vous y trouverez une défense déguisée de L'URSS.

Editions les Bons caractères  ISBN : 97829115727234 / 8,20 €

La Légende De La Gauche Au Pouvoir / Le Front Populaire. Barrot Jean - Borczuk Albert - Riviale Philippe


Qu'est ce que le front populaire ? Qu'est-ce que l'alternative de la gauche ?

Le programme du front populaire, c'est de faire fonctionner l'économie grâce au sacrifices des travailleurs: le capital sans les capitalistes. 

Lorsque le capital est en crise, lorsque des adaptations difficiles sont nécessaire et que le prolétariat commence à faire parler de lui en se montrant tel qu'il est révolutionnaire; alors le capital laisse la gauche au pouvoir pour briser le mouvement d'autonomie du prolétariat.

Cependant le programme de la gauche est irréalisable, pour le capital; c'est, poussée à son terme l'accélération de la dévalorisation: aussi dès la crise passée, la gauche doit elle rendre le pouvoir, et retourner à l"opposition", pour préparer la prochaine contre-révolution.

Editions de la Tête de Feuilles 1973 / 153p. chez votre bouquiniste.

La réification : Petit traité de Théorie pratique / Axel Honneth

La Théorie critique, autrement appelée " Ecole de Francfort ", fait retour, avec la troisième génération représentée par Axel Honneth, à la " philosophie sociale ". 

C'est-à-dire à l'analyse des processus de développement qui sont vécus comme manqués ou perturbateurs. Dans sa quête d'une critique des " pathologies du social ", la Théorie peut-elle également faire retour à des concepts marxistes ? 

Soit le concept, fixé par Georg Lukacs, de " réification " - colonisation du monde vécu par la généralisation unidimensionnelle de l'échange marchand à toute interaction sociale, en sorte que les sujets perçoivent partenaires et biens comme des objets. 

La Théorie critique, pour sa part, distingue trois formes de réification - intersubjective (le rapport aux autres), objective (le rapport au monde) et subjective (le rapport à soi) - également fondées sur l'oubli préalable de la reconnaissance de l'autre. 

La réification intersubjective résulte aujourd'hui de pratiques nouvelles qui considèrent les hommes indépendamment du monde vécu auquel ils appartiennent - depuis l'abolition de la substance juridique du contrat de travail jusqu'à la réduction des dons de l'enfant à un objet de mesure génétique et de manipulation. 

L'autoréification - saisir ce qu'on éprouve psychiquement comme objets à observer ou à produire de manière normée - est le fruit des pratiques institutionnalisées de présentation de soi : des entretiens d'embauche ou du coaching à la recherche d'un partenaire amoureux sur Internet. 

Demeure, pour Axel Honneth, " une certaine inquiétude : celle de voir nos sociétés prendre le chemin que Lukacs, en utilisant des moyens insuffisants et en généralisant à l'excès, a entrevu il y a quatre-vingts ans ". 

Editions Gallimard ISBN-10: 2070782921  / 13,70€

mardi 28 août 2012

Le socialisme des intellectuels / Jan Waclav Makhaïski

Penseur polonais écrivant en russe, Jan Waclav Makhaïski, fréquenta longuement, à la fin du XIXe siècle, les milieux révolutionnaires russes et internationaux, en particulier au cours de ses années d'exil en Sibérie.

A la suite d'une réflexion approfondie sur les classiques du marxisme, il aboutit à une conclusion extrême.


Pour lui, l'idéologie socialiste dissimule, en fait, les intérêts d'une nouvelle classe ascendante : les travailleurs intellectuels.

Ces "capitalistes du savoir" utilisent leurs compétences dans la direction et la gestion du système dominant pour séduire les prolétaires, afin d'évincer les anciens possédants, "capitalistes de l'avoir ", non pour détruire le capitalisme, mais pour l'aménager au mieux de leurs intérêts.
 
Dans cette nouvelle perspective de la lutte de classes, le clivage historique et idéologique ne se situe plus entre bourgeoisie et prolétariat, mais entre dirigeants et exécutants.
 
Une analyse partagée par plusieurs théoriciens contemporains de Makhaïski, ou qui lui succéderont.
 

Ce livre-clé permet de mieux comprendre l'évolution des socialistes et des gauchistes soixante-huitards, hier détracteurs du capitalisme au nom du prolétariat et de l'avenir d'une société radieuse, aujourd'hui ses partenaires conciliants au nom du bien public, tout cela pour sauvegarder leur place-charnière dans le système.
 
L'expérience historique, avec l'échec du projet d'émancipation du mouvement ouvrier au XXe siècle, illustre de manière saisissante la thèse de Makhaïski.
 
Celle-ci prend forme sous nos yeux à travers divers textes publiés de 1898 à 1918.

ISBN : 2846210063 332p. textes choisis, traduits, et présentés pas Alexandre Skirda

dimanche 26 août 2012

L’ETHNICISATION DE LA FRANCE / Jean-Loup Amselle

L’essor remarquable du multiculturalisme, en France, et plus largement en Europe, a pour corrélât inattendu, le déclin du social et l’abandon de l’universalisme. Par un sapement de l’idéologie de la gauche et de l’extrême gauche, le postmodernisme, la nouvelle philosophie et l’antitotalitarisme en sont venus à élaborer une pensée du fragment empruntant à la fois aux études culturelles, de genre (gender studies) et postcoloniales. Effet : la mise purement et simplement au rencart de la lutte des classes et des combats syndicaux.
 
Jusque dans les années 1970, le « logiciel » idéologique de la gauche et de l’extrême gauche tournait en effet essentiellement autour du marxisme et de la lutte des classes ; le postmodernisme, la nouvelle philosophie et l’antitotalitarisme se sont mis après, lentement mais sûrement, à saper les fondements de cette doctrine. Dès lors, sur les décombres du marxisme, pouvait s’élaborer une pensée du fragment empruntant à la fois aux études culturelles, aux études de genre et aux études postcoloniales. Cette découpe d’entailles verticales au sein du corps social a eu pour effet de mettre purement et simplement au rancart, de ringardiser la lutte de classes et les combats syndicaux. C’est ainsi que toute une logique libérale-libertaire est venue harmonieusement se couler dans le cadre de la segmentation du marché promue par le capitalisme tardif. L’identité individuelle, devenue l’icône de notre postmodernité, a nécessité à son tour l’installation de toute une logistique d’accompagnement chargée de soutenir les individus fragilisés par la disparition des structures collectives d’encadrement.

L’individu, la culture et le retour à l’origine sont alors devenus les mots d’ordre de notre postmodernité globalisée. Puisque le sort des habitants de notre pays ne pouvait plus être amélioré par la redistribution des fruits de la croissance, il fallait trouver une idéologie de la « décroissance », du sevrage économique voire écologique, et donc chercher dans les ressources de l’individu, dans ses ressources identitaires, culturelles, psychiques, des modes de substitution au défunt récit de la société d’abondance.

Mais ce multiculturalisme libéral a échoué en France, comme partout ailleurs en Europe. Non pas, comme le prétendent Angela Merkel, David Cameron et Nicolas Sarkozy parce qu’il ne serait pas parvenu à « intégrer » les « immigrés », mais parce que, en fragmentant le corps social, il a abouti à dresser l’un contre l’autre deux segments de la population : l’identité majoritaire et les identités minoritaires. Par une sorte d’effet boomerang, l’apparition au sein de l’espace public de minorités ethno-culturelles et raciales a provoqué, dans chaque cas, le renforcement de l’identité « blanche » et chrétienne.

Au-delà d’une réflexion d’ordre général sur l’ethnicisation de la société française, les différents chapitres de ce livre constituent autant d’exemples de ce processus, qu’il s’agisse de la scansion de « séquences » identitaires qui marquent la vie politique française, de la stigmatisation ou de l’idéalisation des Roms, de la culturalisation des luttes sociales de Martinique et de Guadeloupe, ou de la fragmentation et de l’individualisation des pratiques alimentaires.

ISBN : 978-2-35526-080-3 - 144 pages - 14,00 €  Éditions Lignes
 

L'objet du Blog

Proposer une liste d'ouvrages pour la formation militante et le débat.

Ceci dans une perspective révolutionnaire classiste anticapitaliste et internationaliste, anti-autoritaire.

Nous ne parlerons ici que des ouvrages stimulants et éviterons les marchandises à la mode, le verbiage militant.

Quelques fois les ouvrages seront disponibles en téléchargement au format PDF.

N'hésitez pas à laisser vos commentaires sur les ouvrages.